31 janvier 1898 - 23 juillet 1979

Il y a 120 ans naissait Joseph Kessel, écrivain et grand reporter.
Il vient au monde en Argentine, de parents d’origine lituanienne, le 31 janvier 1898. Son père, Samuel, s’était installé en Amérique du Sud après avoir obtenu en France son diplôme de médecin. Il est si heureux d’avoir un garçon qu’il en oublie de le déclarer, sa mère ne s’en rend compte que tardivement et se précipite pour faire la démarche. Il nait donc officiellement le 20 février 1898 soit vingt jours après sa naissance !

Kessel 4Il vit en Argentine ses toutes premières années. Ses parents s’installent ensuite de l’autre côté de la planète dans l’Oural en Russie avant de s’établir définitivement en France en 1909 dans un petit village du Lot-et-Garonne.
Ces années de jeunesse vont préfigurer l’avenir. Tout au long de sa vie, Joseph Kessel fera de très nombreux voyages aux quatre coins du globe.
Brillant élève, il obtient une licence de Lettres en 1915 et commence à travailler comme journaliste au Journal des Débats. En 1916, il s’engage comme volontaire dans l’aviation.
Après le conflit, il entame une double carrière de grand reporter et romancier. Il parcourt le monde du Berlin de l’après-guerre au Sahara, où il pilote sur les premières lignes de l’Aéropostale, en passant par le Moyen-Orient où il navigue avec les négriers de la mer Rouge.

Correspondant de guerre en 1939-1940, il rejoint ensuite la Résistance aux côtés de son neveu Maurice Druon. En 1943, ils écrivent tous deux les paroles du « Chant des Partisans », qui devient le chant de ralliement de la Résistance.
C’est aussi en 1943 qu’il publie « L’Armée des ombres », remarquable hommage à ses frères résistants que Jean-Pierre Melville adaptera au cinéma en 1969 avec Lino Ventura et Simone Signoret, inoubliables.

Voyageur infatigable, Joseph Kessel est aussi un écrivain prolifique. « Le Lion » et « Les Cavaliers », qui s’inspirent de ses périples, deviennent des best-sellers.
Il excelle aussi dans des romans plus réalistes comme « Belle de jour », roman sulfureux qui fit scandale, adapté au cinéma par Luis Bunuel avec Catherine Deneuve dans le rôle-titre ou encore « La Passante du Sans-Souci ». Il est aussi le biographe de son ami Jean Mermoz intitulée « Ami, entends-tu… ».

Consécration ultime de toute son œuvre, Joseph Kessel entre à l’Académie française en 1962. Il continue à voyager et à écrire jusqu’à la fin, et s’éteint en 1979 après avoir vécu mille vies.


La sélection de la Médiathèque :

 OPAC Sélection de notices